Getuigenis
 

Jean Wyns

PRESIDENT GENERAL FBAA

Il faut considérer positivement l’autobus et l’autocar

“L’introduction du Tempo 100 pour les autocars et la suppression de l’interdiction de dépassement par précipitations sont des mesures extrêmement positives” déclare Jean Wyns, Président Général de la FBAA, qui espère une même approche positive à l’égard des efforts environnementaux, des droits des passagers et de la concurrence déloyale des compagnies aériennes à bas prix.

« Dans le domaine de la protection de l’environnement, les autobus et autocars ont fait d’énormes progrès » souligne Jean Wyns. « L’évolution est pour le moins comparable au passage de la traction à vapeur à l’électricité pour les chemins de fer. Actuellement nous utilisons pleinement les moteurs Euro 5. Euro 6 est pour demain tout comme de nombreuses nouvelles technologies pour diminuer les émissions de CO2.

L’introduction de véhicules hybrides n’annonce que le début de cette évolution. L’utilisation de véhicules extrêmement respectueux de l’environnement doit également être prise en considération au point de vue fiscal par rapport, par exemple, à l’aviation. La situation actuelle est totalement faussée en faveur des compagnies aériennes à bas prix et des aéroports régionaux qui sont largement subsidiés.

Il est tout à fait absurde d’entendre que les aéroports régionaux ne doivent pas payer pour le contrôle aérien ou qu’une compagnie aérienne comme Ryanair obtient des interventions financières pour des liaisons qui existent déjà au départ de Bruxelles. En outre, cette compagnie ne contribue pas à l’emploi et à la sécurité sociale car les travailleurs sont inscrits en Irlande.

Je suis convaincu que cette histoire touche à sa fin, d’une part, en raison des coûts de carburant plus élevés à l’avenir et, d’autre part, en raison de l’importance des émissions nocives de CO2 et de la discrimination fiscale par rapport aux autres modes de transport ».

Des droits des passagers adéquats

Le Président Général FBAA Jean Wyns compte pour l’avenir sur une approche positive pour l’autobus et l’autocar. « La réglementation sur les temps de conduite et de repos a été adaptée au cours des dernières années. A cette occasion, les autocars ont été mis au même niveau que le reste du transport routier. Des efforts sont développés maintenant pour une réglementation spécifique pour les autocars au sein de l’Union Européenne mais il est n’est pas évident d’introduire cette mesure à court terme dans les états membres de l’Union Européenne ».

Un second problème urgent est, selon Jean Wyns, l’introduction d’une directive européenne sur les droits des passagers. « Nous espérons que la directive existante pour les passagers aériens ne sera pas simplement copiée pour le secteur autocar car cela impliquerait la menace d’énormes problèmes au niveau des retards et des dédommagements à payer aux voyageurs.

Quand on constate que, pour les lignes internationales, du côté italien du Mont Blanc, le contrôle de chaque document de bord et de chaque carte d’identité d’un voyageur demande deux minutes, cela implique qu’un autocar doit attendre à cet endroit entre une heure trente et deux heures. Et cela dans la zone Schengen ! »

Jean Wyns


retour au sommaire
 
 

 
d-artagnan | all for advertising
Error connecting to mysql