Vert
 

Les autobus et les autocars sont le mode de transport le plus propre avec le meilleur rapport efficacité/empreinte carbone. Qu’on se le dise !

Champions de l’écologie

Encourager les gens à voyager ensemble en autobus ou en autocar peut nous aider à réduire considérablement notre impact environnemental. Selon l’American Union of Concerned Scientists, l’empreinte carbone des passagers des autobus et des autocars est inférieure à celle des passagers de n’importe quel autre mode de transport.

Selon des données publiées au Royaume-Uni, un autocar émet 0,03 kg de CO2 par passager-kilomètre. C’est deux fois moins que le train et beaucoup moins que la voiture (0,11) et l’avion (0,18).

Un voyageur qui se rend de Londres à Blackpool (385 km) émettra 11 kg de CO2 s’il prend l’autocar, 23 à 25 kg s’il prend le train, 44 kg s’il prend la voiture et 68 kg s’il prend l’avion. Si chaque autobus circulant au Royaume-Uni comptait un seul conducteur de voiture de plus parmi ses passagers, le transport routier émettrait jusqu’à 1,2 million de tonnes de CO2 en moins par an.

Les plus faibles coûts externes

Les coûts externes (nuisances sonores, accidents, congestion et pollution) des autobus et autocars sont 26% inférieurs à ceux des trains. Ce chiffre tient compte des externalités de la construction, de la maintenance et de l’occupation de l’infrastructure nécessaire, ainsi que du bruit et des particules émises par la résistance au roulement et le freinage.

De 2000 à 2005, grâce à l’innovation et aux importants investissements du secteur dans les nouvelles technologies, les autobus et autocars ont réussi à réduire leurs coûts externes de 60% en Europe, ce qui constitue un record. Aux Etats-Unis, les autocars affichent les émissions de CO2 les plus faibles par passager-mile comparé aux autres modes de transport.

Il est également bon de souligner que 25 autobus ou autocars modernes ne font pas plus de bruit qu’un seul construit avant 1980.

Une volonté permanente de rester à la pointe

Les constructeurs et les opérateurs travaillent main dans la main pour améliorer en permanence les performances environnementales des autobus et autocars.

Dans la plupart des pays, 10% des autobus et autocars sont remplacés chaque année par des véhicules dotés des dernières technologies en matière de respect de l’environnement, de sécurité et de confort. Une flotte moderne émet beaucoup moins de polluants et consomme beaucoup moins de carburant : tout bénéfice pour la qualité de l’air et l’environnement ! Par exemple, au cours des trois dernières années au Royaume Uni, le secteur de l’autobus et de l’autocar a investi près d’un milliard de dollars (971 millions USD) dans le renouvellement du parc de véhicules.

En Europe, grâce aux investissements conséquents du secteur dans les nouvelles technologies, les émissions nocives (monoxyde de carbone, hydrocarbures, oxydes d’azote et particules) ont diminué jusqu’à 98% en 10 ans!

Économisateurs d’énergie

Les autobus et autocars construits aujourd'hui affichent une efficacité énergétique remarquable, surtout si l’on tient compte du nombre de passagers qu'ils transportent. Pour transporter une personne sur 100 kilomètres, un autobus ou un autocar a besoin en moyenne de 0,6 à 0,9 litre de diesel, alors qu’une voiture diesel consomme 5,9 litres ; une voiture à essence, 7,6 litres ; un avion, 6,6 litres et un train à grande vitesse 2,6 litres. Aucun autre moyen de transport en commun n’est plus économe en énergie !

Entre 2005 et 2006, la Chine a réduit de 3,6 % sa consommation de pétrole en modernisant ses flottes d'autobus et d'autocars.

En 2007, aux États-Unis et au Canada, le secteur privé de l’autocar a atteint le chiffre de 206 passagers/miles par gallon (MPG) de carburant. Soit presque trois fois mieux que le deuxième secteur le plus économe en carburant, à savoir les trains interurbains (avec 74,1 passagers/MPG). Les transports publics en général ont atteint 55,8 passagers/MPG, contre 40,9 passagers/MPG pour le transport aérien et 35,4 passagers/MPG pour la voiture particulière.

Selon des études sur l’efficacité énergétique (par passager transporté) de différents modes de transport commandées par le gouvernement français, les autocars sont 3 fois plus efficaces que les voitures particulières, et 2 à 3 fois plus efficaces que les trains régionaux, et ce, alors que la France possède l’un des réseaux ferroviaires les plus étendus au monde! Pour le transport interrégional, l’autocar est 3 fois plus efficace que le train en termes d’énergie consommée par passager transporté, 4 à 5 fois plus efficace que la voiture particulière, et 10 fois plus efficace que l’avion.

Cette efficacité énergétique accrue (et la réduction d’émissions qui en résulte) n’est pas seulement due aux nouvelles technologies. Le comportement des conducteurs y est également pour beaucoup. Les exploitants d’autobus et d’autocars tiennent donc à envoyer leurs conducteurs à des séminaires d’éco-conduite dans le cadre de leur formation continue. Même les chauffeurs de très longue date parviennent à réduire leur consommation de carburant en suivant une de ces formations.

Sus aux embouteillages

Les autobus et autocars représentent un atout majeur pour décongestionner le trafic et, par là, réduire la pollution atmosphérique et les accidents de la route. On constate une chute des taux moyens d’occupation des voitures particulières dans le monde entier. Dans l’Union européenne, ce taux n’est parfois que de 1,1 à 1,2 passager pour les trajets de courte distance. Même pour les voyages en famille, le taux d’occupation oscille entre 1,4 et 1,7.

En Europe, un autocar peut remplacer jusqu’à 30 voitures en termes de taux moyen d’occupation, tandis qu’un autocar complet peut remplacer 55 voitures aux États-Unis, ce qui réduit considérablement la congestion du trafic, les émissions et la consommation énergétique du transport routier de passagers.

Nous pouvons accomplir bien plus si un esprit de partenariat prévaut entre les gouvernements, les autorités compétentes, les entreprises et les opérateurs et qu’ils décident de travailler de concert pour mettre en œuvre des politiques incitant à l’utilisation des autocars et autobus, telles que des voies et régimes prioritaires, des zones de stationnement facilité et des aménagements destinés aux conducteurs, des emplacements de parking sécurisés, des terminaux et arrêts appropriés pour les lignes régulières, etc. Toutes ces mesures sont indispensables à une politique sérieuse de lutte contre les embouteillages. Tous les deux ans, l’IRU récompense les politiques municipales les plus favorables aux autocars par son prix City Trophy afin de promouvoir et encourager de telles pratiques dans le monde entier.

 
 

 
d-artagnan | all for advertising
Error connecting to mysql